Délégationde Seine-Saint-Denis

Quelques réflexions au retour du Voyage de l’Espérance - été 2009

Ce que je garde en mémoire…

• Le groupe

« Le voyage vécu ensemble a agrandi ma famille. Tous ensemble, ça donne de la force pour agir en direction des autres. » Medhat.

« Quand j’ai eu la confirmation que j’irai à Lourdes, j’ai ressenti une grande Paix. Je venais de sortir de l’hôpital, et j’avais beaucoup de mal à marcher. J’avais peur d’être un fardeau. Mon fardeau, vous l’avez tous partagé avec moi. Vous avez mis la main sur moi, et vous m’avez constamment aidée dans tous les déplacements. Je remercie Dieu qu’il vous ait mis sur mon chemin pour aller à Lourdes [...] avec mon fils Hervé, que je remercie du fond du cœur. Au retour, on m’a enlevé mon plâtre. » Marie-Louise.

« J’ai aimé la simplicité de l’équipe d’encadrement. Toujours souriante, toujours prête à arranger les choses. » Medhat.

« Vous aussi, vous nous avez apporté énormément. » Anne-Marie.

« On a autant reçu de vous que nous avons essayé de vous apporter. »

« Le chauffeur, Benoît, a également énormément aidé à souder notre groupe. Sa gentillesse, sa disponibilité étaient constantes. Grand merci à lui. » Albert.

• Les temps forts

- Le Chemin de la Paix :

« On est partis avec le symbole d’une pierre brisée. On est arrivés avec le symbole d’une pierre en un seul morceau. » Gilbert.

Joël nous a dit : « N’ayez pas peur de demander souvent la Paix. »

- La dernière petite messe entre nous (célébration de la parole) à la Bergerie :

« C’était très fort. »

- Les trois chemins de croix sur des parcours différents, dans le respect de l’attente de chacun :

« Le chemin de croix grandeur nature, on croyait que ce serait très pénible. Il n’en a rien été, parce qu’on était pris par la prière et la démarche. » Albert.

- La messe internationale du dimanche, « avec la participation de nos trois amis coptes [...] égyptiens, dont un diacre qui a célébré [la messe] avec les autres diacres.

On a porté ensemble dans la prière tous les Coptes égyptiens qui ont la vie dure au pays, à cause de leur foi. » Albert.

- « La sortie en montagne [...] pour aller voir le vol des aigles. Les spectateurs participaient. Et la montagne est tellement belle. » Anne-Marie.

Imprimer cette page

Faites un don en ligne