Visuel principal de l’article
Contenu national
Thème
Précarité
Sans abris
Commune
Seine-St-Denis

La nuit de la Solidarité

Paragraphes de contenu
Ancre
Titre du paragraphe
La nuit de la Solidarité
Texte

Rencontrer des personnes en errance, en grande précarité…  pour évaluer leur nombre tout en échangeant avec elles. Pour la première fois, la municipalité de Rosny-sous-Bois s’engageait avec sept autres de Seine-Saint-Denis dans cette Nuit de la solidarité, pilotée par la métropole du Grand Paris, le 20 janvier 2022.

Nous nous sommes retrouvés à plus de cinquante personnes dans une salle de la mairie de Rosny, dès 18h30 pour recevoir des informations sur l’organisation de la soirée… avant d'entamer la longue soirée s’étalant de 22 heures à 1 heure, à travers les rues ! Parmi les bénévoles participant à cette opération, six  bénévoles du Secours Catholique étaient présents : Christian, Corinne, Dominique, Marie et deux Thérèse.  Après s'être répartis en dix équipes de cinq, nous avons reçu un plan précis du quartier à quadriller pour recenser les personnes en errance.

Mon désir profond était de n'en rencontrer aucun ce qui indiquerait que tout le monde ait trouvé un abri. J’ai été exaucé.  Après vérification  de tous les recoins comme aussi les véhicules stationnés (quelques personnes dorment dans leur voiture), il a fallu se rendre à l’évidence : notre groupe n’avait pas vu une seule personne dormant dans la rue. À noter que le quartier qui nous avait été attribué n’était pas propice à trouver un abri de fortune (stade Le Tessier) !

Vers minuit, sur le plateau, nous avons croisé deux messieurs rentrant de leur travail vers leur foyer de migrants (un éboueur de la ville de Paris et un ouvrier de l’usine Citroën de retour de Poissy (Citroën ayant quitté Aulnays avec 1 h et demi de transport ! Ils nous avaient pris pour des « gilets jaunes » en vadrouille (cf photo) ! Une belle rencontre très sympathique pas tout à fait dans l’objectif de la Nuit de la solidarité, mais qui montre les difficultés rencontrées par certaines personnes dans leur quotidien de vie.

Au retour, après avoir échangé avec d’autres groupes, il s’est avéré qu'ils avaient croisé très peu de personnes en errance.

Finalement, les participant  ont recensé quatre personnes sans abri à Rosny, sept à Bondy, cinq à Gagny, une à Romainville, mais soixante-six à Saint-Denis et Aubervilliers et deux mille six cents à Paris. Expérience nouvelle pour moi qui ne me laisse pas indifférent.